Dans notre nouvelle étude réalisée auprès de 300 dirigeants d’entreprise de plus de 100 salariés, entre le mois d’avril et de mai 2022, plus d’un patron sur deux juge l’environnement de son entreprise incertain. Les enjeux de recrutement, de fidélisation et de demandes salariales viennent en tête de leurs préoccupations.

logo-radioclassique2Les_echos_(logo)ViaVoicelogo_soprasterianext_color

 

Découvrir l'étude

Le point majeur de cette étude et sans doute le point de basculement des entreprises vers une transformation plus intense, tient dans deux chiffres : 80% pensent que les attentes de leurs clients changent au point d’être amené à changer la promesse de leur entreprise, et 92% qu’il faudra plus et mieux fidéliser leurs collaborateurs, pour faire face à la pénurie bien sûr, mais pour tenir cette nouvelle promesse surtout.

Philippe Muller, Partner Stratégie et nouveaux modèles d’entreprise

Sopra Steria Next

 

 

Les enseignements de l’étude

Les préoccupations immédiates


+80%

des dirigeants expriment rencontrer des difficultés dans les recrutements et des pénuries de compétences


68%

s’inquiètent du maintien de la rentabilité de leurs activités


60%

sont préoccupés par l’impact sur leur croissance de la pénurie en matières premières

 

Les grands défis à relever

Dans la relation client

Pour plus de 60% des dirigeants, les enjeux de digitalisation et de repositionnement de leur produits ou services pour répondre aux nouvelles attentes clients, sont clés et des actions sont déjà engagées pour y faire face.

Dans les ressources de l’entreprise

Plus d’1 dirigeant sur 2 déclarent qu’il sera de plus en plus confrontés à des enjeux de fidélisation des collaborateurs pour face aux difficultés de recrutement et de compétences à acquérir.

Dans leur engagement sociétal et environnemental

70% estiment qu’un des enjeux clés d’un point de vue sociétal et environnemental, est l’exigence écologique dans le fonctionnement de leur entreprise.

 

Les leviers de rupture

Près de 50% des interrogés mettent en avant deux grands leviers à actionner pour s’adapter aux défis à venir :

  • Transformer les compétences des managers pour accompagner une organisation du travail hybride : sur site et à distance
  • Mener une transition écologique dans l’entreprise pour réduire son empreinte carbone

 

Lire l'étude des dirigeants

 

L'analyse de Philippe Muller

Philippe Muller

Il y a longtemps que ce n’est plus une prédiction, aujourd’hui c’est une réalité quotidienne qui influence le développement des entreprises : un environnement incertain (53%) et imprévisible (47%). C’est le premier résultat de cette nouvelle étude que nous avons menée auprès des dirigeants d’entreprises de plus de 100 salariés. Le plus intéressant vient ensuite : cette intégration de l’imprévisible a développé l’envie de saisir de nouvelles opportunités (41%), avec un pic à 70% pour les entreprises de plus de 500 salariés.

Voici donc le nouvel état d’esprit, en sortie de pandémie, dans un contexte de guerre en Ukraine et face à de nouvelles crises qui pointent : dans des environnements imprévisibles, être de plus en plus en état de veille et d’action. Du manager d’activité, nos dirigeants développent de plus en plus rapidement des capacités d’ouverture vers l’extérieur, au-delà de leur produit, mettant l’emphase sur la curiosité et l’agilité, tout autant que sur la créativité pour continuer à développer leur entreprise.
Avec cependant, cette entrave à l’accélération que constitue, pour 83%, les difficultés de recrutement et la pénurie de compétences (94%dans la construction, 76% dans les services).

Mais le point majeur de cette étude et sans doute le point de basculement des entreprises vers une transformation plus intense, tient dans deux chiffres : 80% pensent que les attentes leurs clients changent au point d’être amené à changer la promesse de leur entreprise, et 92% qu’il faudra plus et mieux fidéliser leurs collaborateurs, pour faire face à la pénurie bien sûr, mais pour tenir cette nouvelle promesse surtout.

Ces éléments conjugués forment le socle d’une nouvelle adaptation des entreprises : Quelle nouvelle proposition faire à ses clients et à ses collaborateurs ? Quelle nouvelle promesse va irriguer et transformer l’organisation de l’entreprise ?

D’autant que les défis et les enjeux, tels que les dirigeants les envisagent, sont nombreux et beaucoup avec le même niveau de priorité : une digitalisation qui s’accélère, des repositionnements produits pour s’adapter aux nouvelles demandes, une exigence écologique dans le fonctionnement de l’entreprise tout autant que dans la conception des produits ou des services, la prise en compte des attentes sociétales auprès des collaborateurs, moteurs aussi de leur fidélisation, mais encore de nouvelles compétences à faire émerger, à former…

La liste des enjeux est dense et tous sont à intégrer et à gérer en même temps.
Le dirigeant aujourd’hui n’est plus dans une phase d’analyse mais bien de réflexion sur la mise en œuvre de toutes ces transformations. Et s’il est entendu que les plans à 5 ans n’ont plus aucun sens, l’agilité des organisations, la confiance des collaborateurs et des clients, tout autant qu’une transparence dans les options choisies, sont des éléments qui ne sont plus réservés aux startup, mais bien à l’ensemble des entreprises qui vont devoir s’adapter, se transformer.

En cela, nous sommes à un moment charnière qui verra une bifurcation entre ceux qui pourront absorber ces mutations, adapter leur fonctionnement, répondre aux nouvelles attentes pour durer, et les autres.

Les crises, nous le savons, ont la capacité d’accélération de l’histoire. Ce que nous dit cette étude, c’est que nous vivons plusieurs accélérations dans le même temps et, nous le savons, les recettes d’hier ne sont plus la bonne réponse.

Un champ d’opportunités tout autant que de crispations, s’ouvre.

Dans la presse

Pénurie de compétences : la grande inquiétude des chefs d'entreprise - Les Echos

Plus d'un patron sur deux juge l'environnement de son entreprise incertain, selon un sondage de Viavoice et du Cabinet Les Temps Nouveaux pour Sopra Steria Next et « Les Echos ». Les enjeux de recrutements et de demandes salariales viennent en tête de leurs préoccupations.