82 % des Français se disent inquiets face aux risques d’une cyberattaque dans le monde

Paris, | minutes de lecture

Sopra Steria, leader européen de la Tech reconnu pour ses activités de conseil, de services numériques et de développement de logiciels, publie aujourd’hui en partenariat avec Ipsos une étude consacrée aux Français et à la cybersécurité.

Un fort sentiment d’inquiétude à l’égard des risques cyber

L’étude révèle que deux Français sur trois considèrent qu’en France, le risque de catastrophe nucléaire ou d’accident industriel en raison d’une cyberattaque, est important. Dans un contexte géopolitique particulièrement incertain, les Français se montrent inquiets face aux risques globaux de cyberattaques, une arme devenue de plus en plus courante dans les conflits modernes. 82 % des Français se disent inquiets face aux risques d’une cyberattaque dans le monde et 79 % en France.

Les Français s’inquiètent des conséquences possibles de potentielles cyberattaques, telles une éventuelle paralysie des services, que ce soient les services administratifs (72 %) ou les services d’urgence (71 %), ainsi qu’une potentielle coupure d’électricité sur l’ensemble du territoire (69 %). Dans une moindre mesure ils craignent aussi la possibilité d’une catastrophe (66 %), qu’il s’agisse d’une catastrophe nucléaire ou industrielle, ou d’une rupture des chaines d’approvisionnement alimentaire (59 %).

Un Français sur trois a déjà été victime d’un piratage réussi sur internet

Loin d’être une menace abstraite, les risques liés à la cybersécurité concernent un grand nombre de Français. Ils sont très nombreux à avoir expérimenté des situations à risque. En effet, près d’un Français sur deux (48 %) a déjà fait l’objet d’une tentative de piratage. Près d’un sur trois (31 %) a été victime d’une agression qui a réussi. Parmi les risques possibles, la perspective d’un piratage de leurs données bancaires sur Internet qui aboutirait à un vol parait particulièrement anxiogène (75 % se disent inquiets par cette possibilité, dont 47 % très inquiets). Si les tentatives d’usurpation d’identité restent minoritaires (14 % des Français indiquent en avoir été victime), 73 % des Français interrogés se déclarent inquiets de leur montée en puissance.

Une confiance disparate selon les acteurs à qui les Français confient leurs données

Si une majorité de Français (56 %) a le sentiment d’être mal informée sur l’utilisation qui est faite de ses données sur Internet, l’étude révèle une confiance disparate envers les acteurs à qui les Français les confient. Les acteurs institutionnels apparaissent davantage comme des sources de confiance, notamment les professionnels de santé (87 %), les banques (86 %), les impôts (85 %) ou encore l’assurance maladie (85 %).

A l’inverse, les sites de ventes en ligne et les opérateurs téléphoniques ne suscitent qu’une faible confiance (respectivement 52 % et 51 %), alors que les moteurs de recherche (42 %) et surtout les réseaux sociaux (21 %) ne se voient accorder qu’une confiance très limitée.

Les Français admettent également faire assez peu attention lorsqu’ils vont sur internet : 78% d’entre eux déclarent ainsi ne pas lire les conditions générales d’utilisations des sites Internet qu’ils fréquentent. De même, 73 % déclarent accepter de transmettre leurs données personnelles car ils y sont obligés pour pouvoir compléter un achat ou une inscription.

Les pouvoirs publics comme rempart face aux cyberattaques

S’ils sont inquiets, les Français voient certains dispositifs comme un moyen de se rassurer face aux risques de cybersécurité. C’est le cas en premier lieu de l’identité renforcée (par exemple la double authentification), dont la mise en place systématique rassurerait une majorité de Français (64 %). Autre dispositif pouvant rassurer les Français, la création d’un indice de confiance objectif, sur le modèle du Nutriscore, qui est cité par 39 % des répondants.

Les Français se montrent favorables également à la mise en place de mesures qui responsabiliseraient les acteurs qui gèrent leurs données au quotidien. 58 % d’entre eux souhaiteraient la mise en place de mesures gouvernementales pour obliger services et industrie à renforcer leur protection tandis que 44 % voient d’un oeil rassurant l’obligation pour toutes les entreprises d’héberger les données personnelles des Français sur des serveurs situés en France.

« L’étude révèle une vraie inquiétude des Français vis-à-vis des risques cyber, qui est fortement renforcée par la situation géopolitique actuelle. Cette inquiétude est partagée par les entreprises que nous accompagnons depuis de nombreuses années afin qu’elles se prémunissent face aux risques de cyberattaques. L’enjeu est capital tant pour leur performance que pour la confiance que leur accordent leurs clients. » indique  Cyril Malargé, Directeur Général, Sopra Steria.

« L’enquête montre clairement que le risque cyber est une réalité totalement intégrée par les Français et non plus une abstraction. Dans un monde perçu comme de plus en plus menaçant et alors que la demande de protection est au plus fort, cette menace ne peut plus être ignorée ni par les décideurs politiques, ni par les chefs d’entreprise. » conclut Brice Teinturier, Directeur Général délégué, Ipsos .

 

71% des français inquiets d'une possible paralysie des services d'urgence

 

Accéder à l'étude

Search

Télécharger la version PDF

82 % des Français se disent inquiets face aux risques d’une cyberattaque dans le monde

cybersécurité

Contenus associés

Contenus associés

Augmentons le niveau de cybersécurité de la filière aéronautique avec BoostAeroSpace


Découvrez comment Sopra Steria est accompagne BoostAeroSpace et ses partenaires dans la protection de l’ensemble de la Supply Chain.

Contenus associés

La Blockchain fait des vagues dans la cybersécurité de nextgen

« Blockchain » est devenu synonyme de « Bitcoins », surtout depuis la récente augmentation du prix de la crypto-monnaie.

Contenus assocoiés

Sopra Steria soutient l'initiative européenne du Prix "STARtup de la cybersécurité"

En tant qu'entreprise européenne de service du numérique, nous sommes convaincus de notre rôle clé dans l’accompagnement des start-up et PME en cybersécurité pour accélérer l’innovation dans le domaine. Membre du premier fonds européen dédié à la cybersécurité Brienne III, Sopra Steria poursuit son engagement aux côtés de l'European Cyber Security Organisation (ECSO) et de ses partenaires avec le soutien du lancement du prix européen STARtup de la cybersécurité.

Contactez notre service media

Alexandra Paléologue

Alexandra Paléologue

Head of Influence, Reputation & Media Relations

Elsa Estager

Elsa Estager

PR Manager, Sopra Steria

Anne Dussouchet

Anne Dussouchet

PR Manager, Sopra Steria