SNCF propulse sa transformation numérique via une adoption multi-cloud massive, industrielle et sélective

En 2016, le groupe SNCF décide de moderniser et agiliser son patrimoine IT en lançant le Programme Renouveau du Socle Numérique, PRSN, dont le donneur d’ordre est e.SNCF. Ce programme intègre un volet Cloud visant à accélérer la transformation digitale via l’émergence de nouvelles applications IoT, Big Data/Analytics tout en maitrisant les coûts. Les systèmes d’information du groupe totalisaient jusqu’alors 4 datacenters, plus de 700 salles des machines régionales et 14 800 serveurs. Soit un budget informatique annuel dépassant le milliard d’euros.  

Enjeux

L’infrastructure informatique de la SNCF doit donc se concentrer sur un Datacenter de nouvelle génération, dit Greenfield, et un site de PRA. L’objectif est de ne conserver que 20 salles machines régionales, afin d’améliorer l’emprunte carbone, tout en permettant une économie allant jusqu’à 400 millions d’euros par an.

Pour mieux servir ses entités métiers, le groupe SNCF a initié un projet de transformation numérique reposant sur une approche « Cloud First » ayant pour objectif de migrer 90% de son patrimoine applicatif vers le Cloud tout en en modernisant une grande partie. 

Pour supporter ce projet industriel, Sopra Steria Next a participé à la mise en place d’une « Cloud Migration Factory » sur un périmètre de 200 applications confiées en Tierce Maintenance Applicative, avec un double défi: respecter un calendrier très serré, et s’accorder sur une démarche conjointe avec les deux autres partenaires IT de la SNCF, également en charge d’une partie de ce patrimoine. 

Une migration TGV vers le Cloud

Pour répondre à ce projet, Sopra Steria a étudié la mise en place d’une usine de migration. Le programme de transformation d’une durée de 2 ans prévoit que :

  • 30 % des 1425 applications du groupe basculent sur un Cloud privé, basé sur VMware, localisé dans Greenfield,
  • 45 % soient modernisées et hébergées dans le Cloud public auprès des CSP présélectionnés tels que AWS, Microsoft Azure ou IBM Cloud, 
  • 15 %, qui sont des serveurs physiques soient déménagés vers un nouveau Datacenter 
  • et que les 10 % restant soient décommissionnés.

La mission pour mettre en place la « Cloud Migration Factory » couvre l’analyse du patrimoine IT de la SNCF, via une mission de Discovery Assessment, la définition des architectures Cloud privé et public cibles, la construction et le test de l’usine logicielle selon les principes DevOps, et l’organisation et le pilotage de la Migration Factory. 

Les applications seront en partie modernisées pour lever la dette technique et certaines briques middleware basculeront pour leur part en « Platform as a Service ».

Les scenarii de migration ont été orchestrés en conformité avec la stratégie multi-cloud du groupe SNCF, selon des critères d’éligibilité liés à l’intérêt des métiers pour ces applications, leurs obsolescences technologiques, leurs niveaux de sécurité, ou la portabilité de leurs licences. Cette approche a ainsi permis de maximiser le ROI, en favorisant des approches de ReHosting complet et de RePlatforming light permettant de réduire la dette technologique, d’améliorer la sécurité, de définir de nouveaux standards optimisés pour le Cloud, sans lock-in technologique.

Transformer le SI et la culture des équipes de la SNCF

Le Cloud c’est aussi un changement profond de culture vers un « time-to-market » optimisé et une expérience client améliorée au travers d’une meilleure évolutivité des applications.

Les équipes de Sopra Steria Next ont ainsi accompagné e.SNCF dans une démarche associant principes Agiles et DevOps qui met particulièrement l’accent sur l’automatisation et la standardisation (CI/CD, Infra as code). Sopra Steria a ainsi contribué à mettre en œuvre un nouveau 

modèle financier (FinOps) alimentant un catalogue de services et établissant de nouveaux repères pour les équipes du groupe SNCF.

Faisant l’objet de pilotes, cette démarche a ensuite été déployée sur l’ensemble des 12 DSI du groupe SNCF.

Un des autres enjeux du Groupe SNCF, une fois la Cloud Migration Factory achevée, consistait à assurer le contrôle de l’usine et disposer des savoir-faire associés en interne. Pour y répondre, Un dispositif d’accompagnement des experts de Sopra Steria Cloud Center of Excellence a été défini et permet de soutenir la démarche dans le temps.

La Cloud Migration Factory forme désormais le socle de référence pour la migration et la modernisation des applications assurées par l’ensemble des trois sociétés partenaires en charge du patrimoine IT de la SNCF. Ces dernières ont fait évoluer leur contrat respectif en conséquence afin d’intégrer ces nouvelles prestations.

Les cas d’usage portés par la transformation numérique du groupe SNCF trouvent ainsi un socle industriel et innovant, répondant à leurs exigences en matière de time-to-market, d’évolutivité et de résilience. L’association des technologies Cloud et cette démarche DevOps pilotée par les équipes de Sopra Steria NEXT a en effet permis lune amélioration nette des fréquences de déploiements – de plusieurs mois à quelques jours, et des SLAs.

Aux côtés des équipes du groupe SNCF, Sopra Steria Next continue d’accompagner la migration avancée des applications sous sa responsabilité.

Pourquoi Sopra Steria ?

Nous offrons une approche pluridisciplinaire et « end-to-end »

Sopra Steria s’est différencié grâce à son savoir-faire en matière de Cloud (Sopra Steria Cloud of Excellence), ses compétences agiles, sa culture DevOps et son état d’esprit collaboratif. 

Les équipes Sopra Steria se sont mobilisées dans une logique end-to-end pour répondre aux enjeux du programme Migration Factory : conseil en transformation digitale, compétences applicatives et infrastruture, intégration de solutions.

Bénéfices

Pour les équipes informatiques :

  • Réduction de l’empreinte Datacenter, de 4 à 2 et de l’emprunte carbone associée,
  • Réduction de la dette technique et diminution des risques de sécurité associés,
  • Des économies attendues de plusieurs dizaines de millions d’euros  par an,
  • Capacité d’innovation renforcée par les services mis à disposition par AWS, Microsoft
  • Azure et IBM Cloud ; mise à disposition de sandbox.

Pour les équipes métier :

  • Modernisation des applications lors de leur passage vers le Cloud et standardisation des architectures pour les nouvelles applications,
  • Meilleure alignement sur les attentes des métiers grâce à l’adoption de principes agiles,
  • Réduction du time-to-market des nouvelles applications grâce aux approches DevOps.